CDD vs CDI : zoom sur les grandes lignes

Les CDD (contrats à durée déterminée) sont des contrats d’exception dont le caractère précaire est bien connu. Les CDI (contrat à durée indéterminée) en revanche sont considérés comme des engagements de droit commun. Ces deux types de contrats présentent quelques points communs et de grandes différences. CDD vs CDI : récapitulons.

Les points communs entre le CDD et le CDI

Les CDD et CDI sont des contrats de travail, qui, en tant que tels, doivent répondre aux trois points importants. Il s’agit de :

  • La prestation. Tout type de contrat de travail doit mentionner le travail que l’employeur fournit au salarié.
  • La subordination. Au sein de l’entreprise, le salarié travaille sous les directives d’une personne. Celle-ci peut être un responsable de service, un chef d’équipe ou le chef d’entreprise.
  • La rémunération. L’employeur a l’obligation de rémunérer son employé, autrement le contrat de travail n’est pas respecté.

Le contrat à durée indéterminé

Selon le code de travail, le CDI est un contrat de droit commun. Autrement, il est la norme comme contrat de travail. Pour respecter la loi, le CDI doit être délivré dans les deux mois qui suivent l’embauche. Il n’est pas forcément écrit sauf dans les situations prévues par la loi comme le travail à domicile ou la convention collective. Son contenu doit faire mention des clauses obligatoires comme l’identité des deux parties, la durée de la période d’essai, etc. ainsi que des clauses interdites. Dans un CDI, la période d’essai est réglementée. Comme son nom l’indique, le CDI n’a pas de terme donc il peut être rompu d’un commun accord ou unilatéralement tout en respectant les délais de préavis et les procédures légales.

Le CDD vs CDI

Il s’agit d’un contrat d’exception qui est beaucoup plus encadré par la loi que le CDI. Le CDD doit faire l’objet d’un écrit et contenir des clauses obligatoires. En cas d’absence d’une clause obligatoire, le contrat est automatiquement considéré comme CDI. Un CDD ne peut être interrompu avant son terme sauf en cas de faute lourde. Si l’employeur décide tout de même de le rompre, il doit dédommager le salarié en lui versant au mois l’équivalent de ce qu’il aurait du toucher.

Dans quel cas opter pour le CDD ?

Le CDD vs CDI ne présente pour l’entreprise que quelques cas recours assez limités. En effet, il ne peut être choisi que si l’entreprise se trouve dans l’un des 14 cas de figure bien définis par la loi. La conclusion d’un CDD est donc interdite dans les 6 mois qui suivent un licenciement pour motif économique et si le travail mentionné est particulièrement dangereux.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2014