Excite

Congés illimités : une promesse utopique?

  • Getty Images

Richard Branson, PDG cool de Virgin et accessoirement milliardaire, a confirmé que les cadres de son entreprise auraient désormais le droit de prendre autant de jours de congés qu'ils le souhaitaient, sans en référer à leurs supérieurs hiérarchiques. Une seule contrepartie est exigée : qu'ils soient à jour dans leurs dossiers et projets.

«La flexibilité du travail a révolutionné notre manière de faire notre boulot, notre lieu et notre temps de travail», explique Richard Branson qui poursuit : «C'est aux employés de décider seuls des heures, jours, semaines ou mois qu'ils veulent prendre, le présupposé étant qu'ils ne le feront que s'ils sont assurés à 100% qu'ils sont, eux et leur équipe, à jour de leurs projets et que leur absence ne nuira pas à l'entreprise, et donc à leur carrière».

Aussi séduisant qu'il soit sur le papier, le principe des congés illimités risque néanmoins de montrer rapidement ses limites. Le risque majeur étant qu'il désorganise les rythmes de travail et encourage les employés à une auto-exploitation. Persuadés de ne jamais avoir achevé les missions qu'on leur a confiées, les salariés un peu trop zélés risquent fort de ne jamais goûter aux joies des vacances illimitées. Une dérive menant à l'épuisement par l'hyper-sollicitation en quelque sorte.

De plus en plus répandu dans les entreprises américaines, le principe des congés illimités risque donc fort de ne jamais être importé en France puisque seuls les cadres dirigeants seraient concernés. «Sont considérés comme ayant la qualité de cadre dirigeant les cadres auxquels sont confiées des responsabilités dont l'importance implique une grande indépendance dans l'organisation de leur emploi du temps, qui sont habilités à prendre des décisions de façon largement autonome et qui perçoivent une rémunération se situant dans les niveaux les plus élevés des systèmes de rémunération pratiqués dans leur entreprise ou établissement», stipule ainsi l'article 3331-2 du Code du Travail.

«En France, le nombre de congés est fixé par la loi, et peut être augmenté par les conventions collectives. Ces repos ont été instaurés pour préserver la santé. C'est donc à l'employeur de veiller à ce qu'ils soient bien pris. Un tel système de vacances illimitées n'est donc pas possible», conclut l'avocat en droit social Stéphane Béal. Reste la solution du congé sabbatique.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017