Excite

Des femmes actives licenciées en masse en Iran

  • Getty Images

En Iran, alors qu'elles s'apprêtaient à reprendre leur travail après avoir pris un congé maternité, près de 47 000 mères actives ont été renvoyées par leurs employeurs. La raison invoquée ? Ces dernières coûteraient trop chères à leurs employeurs, qui préféreraient donc les remplacer par des salariés moins dispendieux. Donc des hommes.

Cette décision pour le moins étonnante intervient alors qu'une loi allongeant le congé maternité à neuf mois devrait prochainement entrer en application. Selon Mohammad Hassan Zeda, un responsable iranien de la sécurité sociale, celle-ci est en attente des fonds nécessaires pour son application. En effet, le pays est en proie à d'importantes difficultés financières. Au printemps dernier, le parlement iranien a voté un budget d'austérité pour renflouer les caisses de l'État après la chute des prix du pétrole.

En attente de près de 3 200 milliards de rials (860 millions d’euros), la loi instaurant un congé maternité rémunéré de neuf est actuellement au point mort. «Pour l'instant, pas un rial n'a été alloué» explique Mohammad Hassan Zeda. Selon lui, des études ont montré que sur les 145 000 femmes ayant pris un congé maternité de six mois au cours des dix-huit derniers mois, 47 000 auraient depuis été licenciées par leurs employeurs.

Pour autant, allonger la durée légale du congé maternité rémunéré à neuf fois ne risque pas d'abaisser le taux de chômage des femmes, déjà élevé (19,2% en 2014). «Si le congé maternité est porté à neuf mois, le nombre de femmes qui risquent d'être renvoyées à leur retour au travail, devrait considérablement augmenter» conclut M. Zeda.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017