Excite

Devenir bon en maths : le rêve peut devenir réalité

Contrairement à certaines idées reçues qui ont la vie dure, il n’est pas indispensable d’avoir la « bosse des maths » pour maîtriser cette matière qui donne accès à des métiers très intéressants. Il n’y a pas de fatalité et il est possible de devenir bon en maths avec des méthodes parfois moins orthodoxes que les cours traditionnels.

Pourquoi être bon en maths ?

Pendant des décennies, on a prétendu que la maîtrise des mathématiques était une preuve d’intelligence, de logique, et était le seul outil d’une vraie réussite scolaire.

Si on tente depuis quelques années de diminuer cette pression, les préjugés ont la vie dure et ont pour premier effet d’inciter de nombreux individus à « accepter leur incapacité » et donc à renoncer, ce qui est la première raison pour laquelle on n’est pas bon en maths, et le serpent se mord la queue.

Se familiariser avec les maths

Il est important de prouver aux enfants que les maths peuvent être ludiques, en leur montrant comment s’amuser à les utiliser pour compter leurs jouets, évaluer un temps de trajet, ou une heure d'arrivée.

Les courses sont aussi une bonne occasion de les habituer à jouer avec les chiffres, tout comme la cuisine et ses indispensables calculs de proportions, fractions, conversions de quantités, etc.

Cours particuliers ou cours gratuit

Lorsque les parents se sentent incompétents pour entraîner leurs enfants sur le chemin des mathématiques, ils peuvent avoir recours aux cours particuliers, mais il faudra alors trouver le bon professeur, celui qui saura rendre l’apprentissage ludique.

La Khan Academy est également une solution pour devenir bon en maths et sa plateforme d’apprentissage en ligne est depuis peu disponible en France. Il s’agit de cours et d’exercices gratuits dont le but est de partager largement et gratuitement la connaissance.

La psychologie peut être utile

Les pressions exercées à l’école et dans la société, en général, entraînent chez de nombreux enfants et adultes des blocages psychologiques qui gênent l’apprentissage. De plus, un enfant peut ne pas parvenir à apprendre les divisions qui lui rappellent les souffrances générées par la séparation de ses parents, quand un autre enfant très anxieux peu développer une phobie des chiffres. Ces possibilités sont à prendre en considération pour aider à devenir bon en maths.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018