Excite

Dossier Excite : les gaffes à éviter lors d’un entretien d’embauche

« Et blablabla, blablabla… » Un entretien de recrutement est un échange, surtout pas un monologue et encore moins un échange à sens unique que ce soit de la part du recruteur ou du chercheur d’emploi. D’après Marie-Claire Lemaître, directrice générale du groupe Mercuri Urval France, certains candidats ont la fâcheuse tendance de l’oublier. « Pour des postes à dominante commerciale, il m’arrive de recevoir des candidats extrêmement envahissants. Ils veulent à tout prix tenir les rennes de l’entretien et débutent celui-ci en posant une flopée de questions de but en blanc. »

Certes, les questions sont les bienvenues en entretien d’embauche. Mais sachez qu’il y a un temps pour tout. « Ce comportement a tendance à alerter les recruteurs. « Il peut dénoter un manque d’écoute, un caractère dominant, une agressivité », précise Marie-Claire Lemaître.

« À quoi servez-vous au juste ? » Que vous rencontriez un cabinet de recrutement ou le service des ressources humaines de l’entreprise, remettre en question le travail d’un recruteur n’est pas une bonne entrée en matière. « À peine installé dans mon bureau, un candidat m’a fait comprendre qu’il trouvait inutile d’avoir un entretien avec moi et qu’il préférait s’entretenir avec le client final », se souvient Odile Saliou. Habituée à ce type de remarques, la consultante ne s’est pas braquée. « Il n’est pas rare que les candidats aux profils techniques émettent des réserves quant à la valeur ajoutée des intermédiaires de recrutement. Je lui ai donc expliqué quel était mon rôle et la raison pour laquelle j’avais été mandaté par l’entreprise. »

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018