Excite

L'emploi de cadre par promotion

L'emploi cadre par promotion était assez courant, qu'en est-il aujourd'hui ? Il semble que la tendance qui consistait à passer cadre au bout de quelques années de bons et loyaux services en entreprise tende à s'inverser. Depuis la fin des années 70, en effet, la population occupant des emplois de cadres a beaucoup rajeuni.

Devenir cadre suite à une promotion est de moins en moins dans l'air du temps. L'emploi de cadre par promotion a semble t-il peu à peu été remplacé par l'embauche directe de cadre sur diplôme. Il devient en effet, plus difficile de le devenir si l'on n'a pas été embauché à ce statut, dès le départ. Pourtant entre la fin des années 70 et le début des années 2000, la part de cadre a augmenté de façon évidente, en fait, elle a presque triplé.

Ceci étant dû au développement des emplois tertiaires et à la diminution du nombre d'ouvriers dont la proportion est passée de 56% à 37%. Pourtant malgré cette augmentation, il est difficile de finir une carrière dans le privé ou semi-privé en tant que cadre. Alors comment cela s'explique-t-il ? De plus en plus de jeunes diplômés possèdent les qualifications convenant à ce statut.

La population-cadre a donc beaucoup rajeuni. En 2001 la proportion de cadres de moins de 26 ans est passée à 6% au lieu de 1%, 20 ans auparavant. Ces chiffres parlent d'eux-mêmes et l'on peut en conclure que ce n'est pas l'expérience qui conduit à ce statut, mais bel et bien la formation initiale. Si la promotion à l'emploi-cadre a longtemps été considérée comme une étape dans une carrière professionnelle, aujourd'hui, elle dépend bien des études et des diplômes obtenus. Beaucoup d'employés y avaient accès entre 31 et 40 ans, les hommes comme les femmes étaient directement concernés.

Une autre donnée vient bouleverser ce paysage, les jeunes sont souvent surdiplômés par rapport aux postes occupés, et c'est donc plus jeunes qu'ils ont des chances d'être promus à ce statut. Cela explique que maintenant c'est avant 31 ans que les chances sont les plus grandes de changer de statut.

Cette situation est influencée aussi par la catégorie socio-professionnelle. On sait que les professions intermédiaires et les employés représente une part plus importante chez les cadres que la population ouvrière. Le niveau du diplôme étant finalement devenu très discriminant, puisque les deux données sont forcément étroitement liées. Cependant les offres d'emploi-cadre semblent poursuivre leur ascension.

On peut ainsi noter que les salariés de niveau maitrise, techniciens de force des ventes, conseiller financier, assurance ou épargne, chargés de clientèle bancaire, etc. sont souvent naturellement hissés au statut-cadre. Les professions intermédiaires administratives et commerciales ont ainsi un avenir dans l'obtention de cette promotion. Cette donnée n'a pas forcément beaucoup changé au cours des années. Un ouvrier peut lui aussi y accéder, mais il n'a que très peu souvent cette possibilité et représente une part infime, et cela quelles que soient les qualifications acquises au cours de sa vie professionnelle.

Les femmes et le statut cadre

L'accès des femmes à l'emploi de cadre par promotion est beaucoup plus difficile que pour les hommes. Les chiffres le prouvent, et ceci durant toutes ces années. Peut-être parce qu'elles sont souvent moins mobiles alors que la mobilité est un critère souvent déterminant pour cette promotion. Elles occupent pourtant plus de postes d'employés que d'ouvrières, elles travaillent le plus souvent dans des sociétés de service, là où la promotion est existante , mais malgré tout, la promotion est moins importante.

Est-ce dû à leurs responsabilités familiales ne leur permettant pas le même engagement que l'homme au sein de l'entreprise ? C'est certainement un facteur déterminant dans cet état de fait. En tout cas, à compétence égale, il n'en reste pas moins vrai que si le choix doit se faire entre femme et homme, ce sera l'homme qui l'emportera.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018