Excite

Français du monde I L'interview d'Elisa en Roumanie

  • Elisa

Quinzième volet de notre rubrique des "Français du monde". La semaine dernière, Serge nous présentait sa vie au Canada. Aujourd'hui, c'est Elisa qui nous parle de la Roumanie.

Qui es-tu et comment était ta vie avant de quitter la France ?
Je m’appelle Elisa et j’ai 26 ans, avant de m’expatrier en Roumanie je vivais à Marseille ou j’ai tenté deux fois le concours de médecine à la Faculté de Médecine de Marseille ainsi que les concours pour entrer en école d’infirmière en parallèle mais sans grande conviction car je savais pertinemment que ce métier n’était pas fait pour moi. Mais le concours n’étant pas simple, loin de là, il me fallait une solution de secours en cas d’échec. C’est comme cela qu’en cherchant sur le net, j’ai un peu par hasard trouvé la Faculté de Médecine qui est la mienne maintenant, mais à environ 3000km de ma ville natale, en Roumanie.

Qu’est-ce que tu fais actuellement ?
Je suis en 5eme année de Médecine Dentaire (Stomatologie), il me reste donc 2 ans d’études avant d’être diplômée et de pouvoir exercer ou je le voudrais en Europe.

Pourquoi as-tu quitté la France ?
D’un côté car je tenais vraiment à faire des études qui me plaisaient et à m’assurer un avenir serein, et de l’autre car je tenais aussi réellement à quitter la France. Je voulais voir autre chose, vivre ailleurs, découvrir une autre culture, me dépayser même si ça n’a pas toujours été facile et qu’au final la charge de travail est assez importante, je ne regrette pas pour l’instant.

Pourquoi as-tu choisi la Roumanie pour vivre ?
Car leur facultés de Médecine proposent des cursus complets en langue française, les études sont peut être plus difficiles ici car on touche également à la médecine générale en section dentaire, mais de qualité. Et le diplôme est reconnu au niveau européen de la même manière que le diplôme français.

Tu retournerais vivre en France ?
Peut être un an ou deux le temps de retrouver mes repères après 6 ans passés dans un pays qui m’était à la base totalement étranger, mais sinon je n’en ai pas envie, la France ne me manque pas, la mentalité française non plus, je ne regrette pas d’être partie seule. Je m’ennuyais vraiment en France, j’avais l’impression de ne pas y trouver ma place et partir m’a fait du bien, m’a appris à être encore plus indépendante, à voyager seule, à me débrouiller loin de ma famille. Maintenant j’ai envie de voyager encore plus, j’ai envie de voir un million d'endroits mais pour le moment les études passent d’abord.

Qu’est-ce qui te manques le plus de la France ?
Ma famille, mes amis bien sur, la presse et la gastronomie française. Je dirais aussi l’hiver français qui est moins difficile que celui que l’on connait en Roumanie. Ici les températures son extrèmes aussi bien en été qu’en hiver, et ont déjà chuté jusqu’à moins 40°C pendant la période de Janvier-Février, avec énormement de neige à la clé, et quand on vient du Sud de la France la première fois ça fait drôle ! Maintenant je me suis habituée à aller en stage ou en cours habillée comme si j’allais faire du ski lorsque l’hiver arrive, ce n’est pas si terrible que ça en fin de compte.

Et ce qui te manque le moins ?
Le manque de sécurité, du moins pour la ville d’où je viens, ici en Roumanie il ne m’est jamais rien arrivé pour le moment, c’est un pays assez sur contrairement aux vieilles croyances issues des années 90, la ville est en plein travaux, tout est refait à neuf, c’est plutôt joli contrairement à pas mal de villes françaises, les roumains font des efforts pour effacer les traces du communisme qui sont encore néanmoins visibles sous certains aspects, notamment au niveau de l’architecture. De plus ici les loyers ne sont pas trop chers, j’ai un bel appartement meublé et je ne pourrais pas me permettre la même chose en France.

Raconte nous rapidement ton expérience en Roumanie.
Je suis partie à 22 ans, accompagnée de ma mère et ma tante, sans regarder derrière moi, je n’ai absolument pas regretté de quitter la France et je n’avais pas peur de partir pour un pays pour lequel tant de gens ont d’aprioris négatifs. C’est plus ma famille qui paniquait à l’idée de me laisser dans un pays qui allait de paire à l’époque avec tout un tas de clichés négatifs. J’ai très rapidement trouvé un appartement, réglé mon inscription à la faculté, et une semaine après mon arrivée dans cette ville ma famille est rentrée en France, j’ai pu commencer les cours et je me suis retrouvée seule mais plutôt contente de commencer une "nouvelle vie" à l’étranger. Il y a eu des hauts et des bas comme pour tout le monde je crois car les études sont difficiles et ce n’est pas toujours facile de se retrouver loin de ce qu’on a toujours connu, mais en fin de compte nos amis proches deviennent notre seconde famille, la vie étudiante est vraiment sympa, il y a pleins d’endroits dans lesquels sortir, pleins de restaurants, de bars, de jolis parcs, un grand centre commercial, des piscines pour l’été qui est très chaud ici ! On se serre les coudes en cas de coup dur et cette expérience nous aide et nous aidera dans le futur, sûrement à grandir et à nous endurcir. J’espère aussi également que les Français cesseront d’avoir une image de la Roumanie aussi négative car c’est grâce à ce pays que des centaines de médecins et chirurgiens dentistes viendront exercer en France d’ici quelques années.

Merci Elisa !

Découvre aussi Les merveilles de Roumanie

Si toi aussi tu es un Français du monde et que tu veux nous raconter ton expérience, n’hésite pas à nous écrire à info.fr@populis.com en indiquant “Français dans le monde”. Nous serons ravis de raconter ton histoire !

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017