Excite

La révolution du télétravail mise en perspective

Selon de nombreux spécialistes, d’ici deux ou trois décennies il en sera fini des open-space bruyants et mal (ou trop) chauffés : le télétravail que vous peinez à faire accepter à votre chef aujourd’hui, sera devenu la norme.

Ainsi, selon Philippe Durance, chercheur au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) cette « disparition du lieu de travail » touchera « quasiment toutes les catégories professionnelles ». Les tiers-lieux eux n’en seront que plus développés (espaces de coworking, coffices) tandis que notre bon vieux bureau, lui, sera remisé à quelques rencontres éphémères.

« Pourquoi s'embêter à se rendre quelque part pour effectuer des tâches que l'on peut faire dans n'importe quel autre lieu? », questionne également Jacques Froissant, fondateur du cabinet de recrutement Altaïde, dans lefigaro.fr. Avec cette nouvelle conception du monde du travail, la conciliation entre vie professionnelle et vie privée (et donc par ricochet l’égalité professionnelle entre hommes et femmes) ne pourra qu’en être améliorée.

Toutefois, il existe un revers de la médaille à la généralisation future du télétravail. En effet, la montée en puissance de la surveillance semble irrémédiable et constitue la partie la plus noire du tableau dressé par les spécialistes.

Dans certains de leurs scénarios, « le télétravail n'est possible que si l'opérateur accepte un implant intégré à l'avant-bras pour surveiller ses gestes en temps réel ». Les ordinateurs permettent alors « de décompter du salaire le temps où le salarié gère ses mails et affaires personnelles ». Des « capteurs-émetteurs » pourraient aussi « rationaliser » les gestes des salariés. D’autres imaginent même que nos « compétences puissent être validées par des tests génétiques », un futur de l’emploi qui fait froid dans le dos.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017