Excite

Le coût de la vie étudiante en augmentation pour l'année 2013-14

  • Getty Images News

Entre les tickets des restos U, les frais d'inscription à l'université, la cotisation à la sécurité sociale et surtout le logement, l'année 2013-2014 devrait coûter plus chère aux étudiants selon les deux principales organisations étudiantes (Unef et Fage). Une augmentation de 1,6%, plus que l'inflation. Compter donc entre 10.500 et 15.500 euros par étudiant hors domicile familial.

"Le mois de septembre sera une nouvelle fois synonyme de sacrifices et de difficultés financières" pour les étudiants et leurs familles déclare Julien Blanchet, président de la Fage, deuxième organisation étudiante, dans un communiqué. "De plus en plus de jeunes issus des classes sociales les plus populaires" courent le risque de rester "à la porte de l'université" craint l'association.

La bonne nouvelle est que les aides de l'Etat ont augmenté de 2% par rapport à 2012 pour les étudiants les plus défavorisés (échelons 6 et 7). Ces 5% de détenteurs de bourses verront le coût de leurs études diminuer. Ils devront débourser en moyenne 240 aurons par mois pour les dépenses courantes. Par contre, les 75% des étudiants non-boursiers seront confrontés à une augmentation du coût de la vie de 1,6% (soit 1,5 fois l'inflation).

Le seul mois de septembre devrait coûter 2 481,73 euros en moyenne à chaque étudiant non-boursier. La rentrée universitaire 2013-14 coûtera en effet 2% plus chère que la rentrée précédente. En province un étudiant dépensera en moyenne 2 370 euros tandis qu'en Ile-de-France, il devra débourser 2 787,08 euros. La faute principalement au loyer qui en région parisienne représente une grosse part du budget d'un étudiant.

Dans le détail, se sont les dépenses hors loyers qui sont les plus touchées par les augmentations (+12,2% pour l'électricité, +6,7% pour l'assurance habitation). Les frais obligatoires (les frais fixes de l'étudiant comme les frais d'inscription à l'université) ont aussi été dopés. Entre 2002 et 2013, ces frais fixés annuellement par le gouvernement ont ainsi augmenté de +35%.

Solutions en vue : étudier en restant chez ses parents -un étudiant au domicile familial dépense 400 euros par mois en moyenne-, se salarier -compromettant ses chances de réussites-, renoncer à des soins médicaux -les frais des assurances complémentaires ayant augmenté de 15% en un an-. Un tableau loin d'être réjouissant.

C'est pourquoi les syndicats étudiants réclament un développement du parc de logements des Crous, une refonte du régime de Sécurité sociale étudiante et la suppression de la taxe d'habitation pour les étudiants. La rentrée s'annonce houleuse. Profitez donc de ce qu'il vous reste de vacances !

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017