Excite

Les employés toxiques, leurs caractéristiques

Ils mentent, manipulent, sèment la zizanie : certains collègues ne reculent devant rien au bureau surtout lorsqu’il s’agit de grimper les échelons. Pourtant, on parle rarement de ces individus qui font du quotidien professionnel un cauchemar, que ce soit en réunion ou devant la machine à café. Une chose est certaine : ils ont du talent pour nous empoisonner la vie au bureau.

La psychologue allemande Heidrun Schüler-Lubienetzki s’est penchée sur ce poison au travail et selon elle, ces «personnes toxiques», prédisposées à polluer l’ambiance au bureau, représentent de 5% à 10 % des employés. Hommes et femmes sont concernés à parts égales et n’importe qui peut en être la victime. Le problème avec les personnes toxiques, c’est qu’on ne les reconnaît pas tout de suite. Souvent, elles sont même appréciées, passent pour avenantes et sympathiques. Ce n’est que progressivement que l’on se rend compte qu’elles tyrannisent tout un service.

Selon la psychologue d’outre-Rhin, il existe toutefois des indices: «Quand une personne suscite des réactions diamétralement opposées, qu’elle est cordialement détestée ou au contraire très appréciée, il y a des chances que vous ayez affaire à une personne toxique». Un autre indice extérieur est leur caractère imprévisible. Les personnes toxiques peuvent se montrer affables et charmantes à un moment donné, puis cassantes et sans pitié l’instant d’après.

En effet, il s’agit souvent de personnes sensibles, qui savent cerner l’ambiance qui règne dans une équipe et en jouer. Tout ce qu’elles font sert un unique objectif : prendre le contrôle et le pouvoir. Elles glanent des informations dans un but précis et les utilisent impudemment, tyrannisant leurs collègues psychologiquement. Lorsqu’un conflit se fait jour, le toxique boit du petit-lait. L’objet du litige importe peu, il n’est qu’un moyen pour lui de parvenir à ses fins. La personne toxique aime que les conflits s’enveniment, et n’hésite pas à humilier publiquement ses détracteurs.

Enfin, une hiérarchie déficiente est le terreau le plus favorable pour les personnes toxiques. Quand le patron craint les conflits, le fauteur de troubles a les coudées franches. Or l’entreprise aurait tout intérêt à sévir : les dégâts causés par les persécuteurs se chiffreraient à plus de 10 milliards d’euros par an pour les seules entreprises françaises. Et les personnes toxiques sont légion dans certains secteurs comme la politique, l’art, la finance ou les médias : «Les aptitudes à la toxicité y sont pour ainsi dire indispensables».

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017