Excite

Les questions déplacées en entretien d’embauche

  • Getty Images

Si lors d'un entretien d'embauche, un recruteur vous pose une question indiscrète ou interdite par la loi, plusieurs options s'offrent à vous : vous pouvez choisir de refuser de répondre à sa question et de lui faire valoir que celle-ci sort du cadre légal de l'entretien d'embauche.

Il est cependant généralement difficile, lorsque l'on est face à un recruteur, d'émettre un refus de réponse catégorique. Vous pouvez alors l'éluder, en lui demandant si cette dernière a un rapport avec vos aptitudes professionnelles ou avec le poste proposé. Enfin, si vous n'osez pas vous opposer et décidez de lui mentir, parce qu'il s'agit d'une question personnelle ou jugée discriminatoire, l'employeur ne pourra vous sanctionner ou vous licencier sur le motif que vous n'avez pas dit la vérité.

Si vous avez été victime de discrimination à l'embauche, il existe des recours. Vous pouvez saisir le Conseil des prud'hommes, qui appréciera si la question qui vous a été posée en entretien avait, ou non, un lien avec le poste proposé.

Vous avez également la possibilité de porter plainte auprès du procureur de la République, de l'inspection du travail, de saisir le Défenseur des droits (la Halde) ou la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés). Enfin, n'hésitez pas à vous renseigner auprès de service des Ressources Humaines de votre société, certaines entreprises disposant d'alertes professionnelles internes.

Si vous parvenez à apporter la preuve de la discrimination dont vous avez fait l'objet, l'auteur de celle-ci encourt jusqu'à trois ans de prison et est passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 45 000 euros.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017