Excite

Le travail temporaire et la crise

L'Observatoire des Métiers et de l'Emploi (anciennement Observatoire du travail temporaire) réalise des études sur les changements qui affectent le monde du travail. Des analyses précises sont réalisées chaque année concernant le travail temporaire. Ces données sont importantes pour mieux appréhender le marché de l'emploi, notamment en terme de stabilité des contrats proposés.

L'année n'étant pas encore écoulée, les données 2012 ne sont pas encore évidemment disponibles. En 2011, on comptabilisait environ 576.000 équivalents à temps plein en contrat d'intérim. Parmi ceux-ci, 27 % sont des jeunes de moins de 25 ans et 9 % sont des seniors (plus de 50 ans). Si l'on revient quelques années en arrière, on constatera que le nombre d'intérimaire varie fortement selon les années : 637.000 en 2007, 604.000 en 2008, et 447.000 en 2009.

L'année 2011 se situe donc à mi-chemin entre les données des années précédentes. Le niveau du travail temporaire est-il influencé par la crise financière ? C'est un fait, les entreprises auront recours de manière plus intensive au travail temporaire si l'avenir est incertain. D'un autre côté, la précarité a également un coût et les services d'une agence d'interim peut s'avérer élevés. Même les contrats à durée déterminée auront des limites dans le temps : départ d'employés compétents et formés, manque de motivation, etc.

Le travail temporaire n'est dès lors par la panacée pour les entreprises en temps de crise. Par ailleurs, si les chiffres de l'année 2011 tendent à montrer une stagnation du travail temporaire - alors qu'on s'attendrait à une hausse vu la crise - il serait judicieux de les comparer à ceux du niveau de chômage. S'il y a moins de contrats temporaires d'une part, c'est sans doute un signe qu'il y a d'autre part moins de travail sur le marché. Un recul des contrats temporaires ne vas pas nécessairement de pair avec une recrudescence de contrats plus stables.

La crise également pour les agences d'interim

Parmi les leaders mondieux du travail temporaire, Adecco voit son bénéfice chuter de 20 % pour le deuxième trimestre 2012. Selon certaines sources, l'interim est d'ailleurs au niveau le plus bas depuis l'année 2010. Les contrats précaires sont généralement les plus vite touchés par la crise, et bons nombres d'intérimaires (notamment dans l'industrie) se sont retrouvés au chômage. A suivre...

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018