Excite

Travailler dans l'humanitaire : mode d'emploi

Les personnes qui cherchent à donner un sens à leur travail ou qui ont le désir très fort de venir en aide à des populations, de se sentir utiles sont souvent attirées par l'humanitaire. Pour travailler dans l'humanitaire, les pistes sont nombreuses et diverses. Avant de s'engager, il est nécessaire de se poser les bonnes questions.

L'envie ne suffit souvent pas. Il est préférable d'avoir conscience de certaines données avant même de commencer. En effet, travailler dans l'humanitaire suppose un engagement sans faille et une implication personnelle très importante. Les difficultés concrètes qui émaillent une mission sont nombreuses, il est préférable de le savoir avant de partir. Une mission peut durer quelques mois et parfois même quelques années. Autant de temps durant lequel il faudra vivre différemment.

Les conditions de vie seront très différentes de celles qui précédaient cette période, le confort est souvent spartiate, la promiscuité peut être difficile à supporter, les horaires de travail sont difficiles et irréguliers. Il est nécessaire de savoir que la mort, la pauvreté extrême, les effets de la guerre, la maladie sont le rendez-vous quotidien des travailleurs humanitaires. Il faut donc posséder une bonne tolérance au stress. Il faut aussi savoir travailler en équipe, accepter le caractère des uns et des autres, savoir écouter les autres et s'épauler.

La personne aidante ne peut pas toujours sauver une vie ou venir en aide efficacement, elle doit savoir accepter qu'elle ait des limites et ne pas souffrir de son impuissance face à des situations dramatiques. De plus, il est important d'obtenir un certain degré de satisfaction personnelle même si le choix a été fait dans le souci de l'autre. Ce n'est pas incompatible. Ce sera l'occasion d'apprendre des autres, mais aussi sur soi-même. C'est une expérience très enrichissante sur le plan professionnel, mais aussi sur le plan humain.

Quel statut pour le travailleur humanitaire ?

Plusieurs statuts existent pour travailler dans l'humanitaire.

Le volontaire ne perçoit pas de rémunération, mais seulement une indemnité de subsistance. Pour que la personne soit couverte, il faut alors que l'association avec laquelle il travaille soit agréée par le Ministère des Affaires étrangères. Les volontaires constituent 80% des humanitaires.

Le bénévole ne perçoit pas de salaire et tous les frais sont à sa charge. Certaines associations s'occupent tout de même de l'hébergement et de la restauration. Il n'a pas la moindre obligation légale.

Le salarié perçoit une rémunération, ce statut est très rare, généralement il est exigé plusieurs années d'expérience, et c'est un engagement long.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018